ACTUALITÉS

DRAWING NOW

Du 22 au 25 Mars 2018

AU CARREAU DU TEMPLE PARIS

EXPOSITION PERSONNELLE DE SAM KAPRIELOV


Mais maintenant il voit bien un reflet dans le noir qui transparaît inextinguible par la porte de la loi.  Kafka

Dans de grands dessins virtuoses, Sam Kaprielov nous transporte dans un univers crépusculaire.

Enfant de Riga, il suit une éducation académique à Saint Petersbourg puis enchaîne quelques petits métiers avant de se consacrer définitivement à son oeuvre.
Il mêle dans des compositions originales et érudites, des références à l’iconographie chrétienne, de la peinture classique à l’architecture, qu’il enrichit par des greffes issues du cinéma, de la science- fiction ou des bandes dessinées.
Inspiré des nouvelles de Kafka, l’artiste nous égare dans un cauchemar totalitaire d’où la justice semble absente. Des scènes bibliques d’Apocalypse engendrent des mondes concentrationnaires, où des soldats en rang attendent les ordres. Dans des bagnes qui vivent sous la terreur d’un état tyran, des machines ultra perfectionnées engloutissent des populations réduites en esclavage.

Les nouveaux maîtres sont d’implacables totems, ogres païens ou Golems futuristes (reminiscence du folklore juif d’Europe centrale).
La guerre a laissé place à des forteresses noires, des îles peuplées d’animaux préhistoriques. Des chiens errants, y sont les derniers survivants des massacres.
Des temples, des ruines impériales, archéologies du désastre, se dressent comme des cénotaphes de ces îles aux morts.
Parfois des radeaux de fortune portent un espoir pour cette humanité souffrante qui tente d’échapper à son destin.
L’érotisme envahit le papier à travers des femmes fatales, maléfiques, pour des danses macabres, auxquelles les héros se livrent, résignés.
Souvent proche du film noir ou des expressionnistes, tel un éclairagiste de cinéma, l’artiste met au service de ses scénographies une éblouissante technique. Ce Lord of War, sur des plaques de contreplaqué recouvertes d’enduit, manie le pastel et le fusain pour sculpter ses ombres et sa lumière, toujours en contrastes.
Dans ce voyage  au bout de la nuit,  Sam Kaprielov nous met en garde, apporte une réflexion prophétique à un monde qui court à sa perte, et comme Kafka, son œuvre « doit être la hache qui fend la mer gelée en nous ».

Texte Véronique Maxé

Lire la suite

  

¬⌈

ART PARIS  GRAND PALAIS

Du 04 au 08 avril 2018

¬

EXPOSITION DE LI CHEVALIER

 

 V.I.E EXHIBITION (Video.Image.Evolution) 

GALERIE W

5 rue du grenier Saint-Lazare, Paris 3

Du 28 mars au 8 mai 2018