Dasha Fursey *Russie

1983 // Dasha FURSEY est une artiste russe née au bord de la Volga en 1983. Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Saint Petersbourg, elle vit et travaille entre la ville des tsars et Paris dans son atelier du Marais. Son œuvre fait notamment partie de la collection Saatchi à Londres, ainsi que la collection permanente du Musée de l’Hermitage et du MMOMA à Moscou. Elle a notamment participé à : – La 53ème biennale de Venise, Unconditional Love (2009).

Sam Kaprielov *Russie

Mais maintenant il voit bien un reflet dans le noir qui transparaît inextinguible par la porte de la loi.  Kafka Dans de grands dessins virtuoses, des story boards d’une écriture crépusculaire, Sam Kaprielov ouvre à demi ses paupières pour nous transporter dans ses cauchemars. Enfant de Riga, comme la famille d’Eisenstein, une éducation des arts classiques à Saint Petersbourg, puis  égaré dans la peinture de billards, de masques vénitiens. Un passage à Avignon, enfin un ancrage à Londres. Sa vision est unique,.

Serguey Maximishin *Russie

1964 // De ses voyages dans des pays en marge de la scène politique internationale, ravagés par la guerre ou délaissés des médias et donc oubliés du grand public, le photographe russe Sergey Maximishin rapporte des images poignantes et bouleversantes qui révèlent son sens artistique et son humanité. Sa sensibilité l’amène dans des territoires où le chaos s’est installé. Les photos sont prises au péril de sa vie et souvent dans des conditions extrêmes en Corée du Nord, en Irak,.

Kimiko Yoshida *Japon/France

1963 // Les autoportraits de Kimiko Yoshida constituent différentes manières de sublimer ou de défaire « à l’envers » une enfance traumatisée, marquée par l’abandon et l’errance. Son arrivée en France en 1995 est vécue comme une renaissance. Son univers comporte aujourd’hui de multiples facettes qu’elle peuple de souvenirs, de ses rêves de petite fille et des légendes de son pays natal. La série des mariées, constituée d’une soixantaine d’autoportraits, est un voyage intime qui se définit comme art de la transition.

‏Almagul Menlibayeva *‏‏Kazakhstan

‏ ‏ // 1969 Née au Kazakhstan, elle est diplômée en 1992 par l’Académie Nationale des Arts et du Théâtre d’Almaty au Kazakhstan. Almagul Menlibayeva illustre à travers des vidéos, des installations et des photographies, une vision nostalgique et chamaniste de ce qu’elle nomme son « atavisme archaïque ». Elle explore l’inconscient collectif des populations des steppes de l’Asie centrale entre la mer Caspienne, Balkonour et l’Altai, et de l’époque glorieuse de la route de la soie. Elle dénonce avec amertume les.